Manifestations homophobes ce week end

(article publié le 18 novembre 2012)

Hier ce sont entre 70 et 200 000 personnes qui ont manifesté à Paris contre le projet de loi sur la mariage homosexuel, le mariage « pour tous ». En 1999, 100 000 personnes étaient descendu manifester contre le pacs. Face à ce projet de « mariage pour tous » a donc eu lieu une manifestation « pour tous » initiée et principalement soutenue par toutes sortes d’associations et collectifs catholiques, et plus généralement religieux.

La « manif pour tous » a trois porte-paroles, censé montré l’ouverture d’esprit de la manifestation, on retrouve ainsi : Laurence Tcheng, militante chrétienne « les Poissons roses » au sein du parti socialiste, Xavier Bongibault membre de « Plus gay sans mariage », et Frigide Barjot l’humoriste « catho branchée » qui s’était illustrée en 2009 en soutenant ouvertenant le pape Benoît XVI. Deux chrétiennes, une de gauche et l’autre de droite, et un jeune gay tous trois opposés au projet de loi sur la mariage homosexuel : le trio parfait censé rassembler le plus de monde possible sans aucune discrimination.

A côté de ces porte-paroles, la liste de principaux collectifs soutenant le mouvement est également très fortement chrétienne, mais plusieurs responsables religieux juifs et musulmans se sont aussi exprimés publiquement contre ce projet de loi.

La manifestation de dimanche, de son côté, a été appelée par Civitas et rejoint par des organisations comme SOS tout petits (chrétiens intégristes luttant contre le droit à l’avortement), le parti fasciste d’Alain Soral, Egalité et réconciliation, ou encore les royalistes de l’Action Française, dont les mots d’ordre sont clairement fascistes en témoigne le

« oui à la famille, non à l’homofolie »

et la bannière :

(« La France a besoin d’enfants, pas d’homosexuels »)

Une première manifestation plus « soft » le samedi, et une autre dans la même lignée mais en plus dure. Loin de s’opposer, elles se complémentent de l’aveu même de membre de la « manif pour tous » : tous unis contre le mariage homosexuel, des chrétiens socialistes aux intégristes catholiques et fascistes.

De la « manif pour tous »…

« C’est un bouleversement anthropologique, voire un changement de civilisation sans précédent, que prépare la réforme du Code civil. Elle ignorera désormais les deux piliers de l’identité humaine : la différence sexuelle et la filiation. »

Pour la « manif pour tous » permettre aux couples homosexuels de se marier constitue donc un changement de civilisation, car celui-ci contribuerait à la « précarisation familiale », liée à la « fragilisation de plus en plus grande de l’institution du mariage ». Plus clairement : une attaque contre « la famille et la cohésion sociale ». Car toute cette mobilisation derrière ses discours sur la pacifisme, et le refus de l’homophobie vise en réalité directement toutes les personnes homosexuelles, au-delà même du simple fait de pouvoir se marier.

Et loin d’être simplement une manif de « bourges », de « réacs », la « manif pour tous » témoigne de la montée générale du fascisme. Car cela fait des semaines que tous les journaux, quotidiens, télévisés, gratuits, ne cessent de relayer les mots d’ordre de la manifestation et les points de vue d’opposants au mariage pour les couples homosexuels. Derrière une fausse prétention démocratique, tous ont donc mis en avant des propos au « mieux » réactionnaire, au pire qui relevaient ni plus ni moins du fascisme.

En réalité tous les appels à un référendum, à ne pas se laisser faire par une minorité, contre le danger d’un bouleversement civilisationnel, témoignent d’une montée du fascisme en France, fascisme qui n’est pas le seul fait d’intégristes catholiques mais qui touche toute le société. Ils sont l’expression d’une vision fasciste où les gays et les lesbiennes ne devraient pas exister, car considérés comme des corps étrangers à la nation : des éléments anti-sociaux.

Et comme souvent en France, les enfants sont pris en otage dans cette question : il faudrait lutter contre le mariage homosexuel pour le bien des enfants. Car comme le résume la « manif pour tous », une famille c’est un père, une mère, et un enfant. Ce genre de slogans est une insulte à toutes les familles recomposées, à tous les parents qui élèvent seuls leurs enfants, à toutes les familles qui ne correspondent pas à leur vision d’un père, d’une mère, et d’enfants unis sous le même toit.

Est-ce qu’une mère, ou un père, qui élève seule ses enfants ne forme-t-elle pas une famille avec eux ? Est-ce qu’un père ou une mère qui refait sa vie avec une nouvelle personne ne forme pas une famille avec cette nouvelle personne et ses enfants ? Pourtant toutes ces situations existent, les partisans du « un père, une mère, un enfant » seraient-ils tellement éloignée de la réalité qu’ils n’arrivent pas à voir cela ?

La « manif pour tous » met en avant des études pseudo-scientifiques et des psychanalystes qui vont dans leur sens. Mais aucun ne reconnaîssent la montée de l’homophobie, du climat général en France en particulier chez les jeunes gays et lesbiennes.

A la question : si un enfant élevé par un couple homosexuel va subir des discriminations et des moqueries à l’école, dans le quartier, etc, ne devrait-on pas empêcher un couple homosexuel d’adopter, pour le bien de l’enfant ? Nous répondons qu’on ne lutte pas contre l’homophobie et allant dans son sens. Car même sans l’adoption, les enfants élevés par un couple homosexuel sont une réalité aujourd’hui, on peut soit la nier soit la reconnaître et vouloir aller de l’avant et lutter contre l’homophobie : permettre aux parents d’être reconnus comme tel, aux couples de se marier, aux enfants de ne pas avoir à subir les insultes.

Au final pour la « manif pour tous » (et les fascistes de dimanche) la famille est transformée en une chose abstraite, un moyen de faire passer une idéologie réactionnaire en prétendant se soucier du bien-être de chacun, en particulier des enfants. Alors qu’au contraire, si l’on se soucie véritablement des enfants, on ne les prend pas en otage pour faire passer ses idées réactionnaires, on ne s’en sert pas pour attaquer les gays et les lesbiennes. Car à partir du moment où un enfant est adopté, il ne sera par définition pas élevé par ses parents biologiques. Dans ce cas si l’on se soucie vraiment d’eux, on ne peut que leur souhaiter de trouver des personnes prêtes à les aimer et les élever.

…à la manifestation fasciste de dimanche

Cette après-midi a eu lieu la manifestation clairement fasciste, composée principalement de catholiques intégristes. Là où la manifestation de la veille entendait faire bonne impression et donner une bonne image du mouvement, celle-ci a assumé une dimension progromiste : elle n’a pas développé des thématiques fascistes, elles les a assumé. Le slogan « oui à la famille, non à l’homofolie » a au moins le mérite d’être clair quant au sort réservé aux gays et lesbiennes qui voudraient lutter pour leurs droits, et même contre tous en général.

Une contre-manifestation rassemblant une dizaine de militantes féministes de Femen a été attaqué par une partie de la manifestation ainsi que certains journalistes, certaines personnes ont été rouées de coups. Ces faits ont eux aussi le mérite d’être clair.

Cette opposition au projet de loi aura permis de donner un coup d’accélérateur au fascisme en France en s’en prenant indirectement à tous les gays et toutes les lesbiennes. Samedi, celle plus « soft », plus ouverte, et le lendemain une ouvertement catholique intégriste et fasciste : deux intiatives marchant, malgré les apparences et les différences, main dans la main.

Le mariage est un droit non négociable, il ne s’agit pas d’un caprice ou d’une envie.

Face au fascisme qui monte, en particulier vis-à-vis des gays et des lesbiennes, ne reste pas seul, monte ton groupe autonome antifasciste !

Que des groupes autonomes antifascistes gays et lesbiens fleurissent pour se dresser face à la barbarie fasciste !

%d blogueurs aiment cette page :