L’analyse antifasciste de Moishe Postone

[Tiré de la brochure « Antifascisme », disponible en pdf ]

Présentation

Moishe Postone, né en 1942, est un universitaire nord-américain. S’appuyant sur les travaux de Marx, il a étudié la théorie de la valeur ainsi que l’antisémitisme.

Les camps de la mort: une usine capitaliste inversée

Gossweiler n’a pas étudié ni la culture ni l’antisémitisme; son travail se fonde uniquement sur la formation pratique et théorique des structures nazies.

La thèse de Postone, elle, met l’accent sur le côté froid et « rationnel » du nazisme, le fait que le génocide ait été « calculé. » La population juive a été exterminée sans qu’aucun intérêt matériel n’existe; les nazis considéraient cela comme leur « mission », et même leur mission «centrale», prioritaire.

Selon Postone, « ni une explication fonctionnaliste du meurtre de masse ni une théorie de l’antisémitisme centrée sur la notion de bouc émissaire ne sauraient fournir l’explication satisfaisante au fait que, pendant les dernières années de la guerre, une importante partie des chemins de fer fut utilisée pour transporter les juifs vers les chambres à gaz et non pour soutenir la logistique de l’armée alors que la Wehrmacht était écrasée par l’Armée rouge.

Une fois reconnue la spécificité qualitative de l’anéantissement du judaïsme européen, il devient évident que toutes les tentatives d’explication qui s’appuient sur les notions de capitalisme, de racisme, de bureaucratie, de répression sexuelle ou de personnalité autoritaire demeurent beaucoup trop générales» (Antisémitisme et national-socialisme).

Qui est alors responsable du génocide juif? Postone se fonde uniquement sur le principe du «fétichisme de la marchandise» élaborée par Karl Marx dans le Capital.

Il va, en s’appuyant sur cela, élaborer l’explication la plus originale du génocide juif, explication qui aura un énorme succès au sein du mouvement autonome en Allemagne.

Selon lui, c’est la marchandise elle-même qui doit être étudiée. Postone constate en effet que, «quand on considère les caractéristiques spécifiques du pouvoir que l’antisémitisme moderne attribue aux juifs – abstraction, insaisissabilité, universalité et mobilité -, on remarque qu’il s’agit là des caractéristiques d’une des dimensions des formes sociales que Marx a analysées : la valeur » (Antisémitisme et national-socialisme).

En quelque sorte, les nazis ont pris les « Juifs» comme cible de leur «anticapitalisme» de la même manière que Proudhon avait pris comme cible l’argent (et que Proudhon ait été antisémite ne relève pas du hasard vu l’imaginaire antisémite).

Dans la logique de Postone, Proudhon opposait le concret – le travail – à l’abstrait, c’est-à-dire l’argent, car il ne comprenait pas les rapports sociaux comme Marx a pu le faire.

« Le capitalisme se caractérise par des rapports sociaux médiatisés, objectivés dans des formes catégorielles dont l’argent est l’une des expressions et non la cause. En d’autres termes, Proudhon a confondu la forme phénoménale du capitalisme – l’argent en tant qu’objectivation de l’abstrait – avec l’essence du capitalisme » (Antisémitisme et national- socialisme).

Et les nazis ont fait de même; ils ont voulu purifier le capitalisme de l’élément abstrait, personnifié pour eux en la personne du « Juif ».

« L’usine capitaliste est un lieu où est produite la valeur, production qui, «malheureusement», doit prendre la forme d’une production de biens, de valeurs d’usage.

C’est en tant que support nécessaire de l’abstrait que le concret est produit. Les camps d’extermination n’étaient pas la version d’horreur d’une telle usine – il faut y voir au contraire la négation «anticapitaliste », grotesque, aryenne, de celle-ci.

Auschwitz était une usine à «détruire la valeur », c’est-à-dire à détruire les personnifications de l’abstrait» (Antisémitisme et national-socialisme).

Les « Juifs » étaient ainsi un fétiche négatif, l’expression de la finance, de l’argent, de l’abstrait, l’abstraction elle-même: le nazisme les révèle et les liquide, pour rendre la société pure.

Voilà pourquoi le nazisme mettait l’accent sur la pureté, la communauté, la race: il s’agissait d’un «anticapitalisme» idéaliste, servant naturellement les capitalistes.

Le nazisme: un anticapitalisme

idéaliste, romantique Les thèses de Postone sont uniques; c’est la seule fois où l’antisémitisme moderne a été étudié à la perspective des thèses de Marx sur la marchandise.

Pour en arriver à ces thèses, Postone a considéré que l’ensemble de la culture «chrétienne – occidentale » européenne avait une composante antisémite, liant les Juifs avec le « pouvoir » (celui de tuer Jésus, de créer le capitalisme, d’amener le socialisme, etc.).

Le racisme anti-juif a cela de particulier que non seulement la population juive est vue comme étant composée de « sous-humains », comme pour les autres racismes, mais il s’y ajoute des éléments comme le côté insaisissable, invisible: parce que le « pouvoir » juif n’est pas « enraciné », il est «partout», caché, tout puissant, conspiratif.

Et ces éléments différents des autres racismes en amène un autre: l’aspect « systématique » ou (soit disant) scientifique de l’antisémitisme moderne, car l’antisémitisme moderne prétend absolument tout expliquer.

Postone constate alors que toutes les caractéristiques que l’antisémitisme moderne donne aux «Juifs» – abstrait, insaisissable, mobile, universel-, sont les mêmes caractéristiques que possèdent en réalité la valeur de la marchandise, car une marchandise est d’un côté un objet utile et concret, mais de l’autre une entité abstraite, dont on s’explique mal ou pas la valeur, le « prix », la «valeur.»

Postone considère alors que sa thèse est la seule valable, car s’il est vrai que le fascisme s’imagine être une « révolte contre le monde moderne », le fait est qu’il ne s’est jamais «révolté» contre l’industrie, alors qu’il a prétendu (soit disant) le faire contre la finance.

Et pour cause: l’antisémitisme moderne est lié à l’aliénation, au fait que les marchandises semblent s’échapper des mains du travailleur pour être jetées sur le marché.

Le travail concret devient abstrait car le fruit du travail est arraché des mains du travailleur, d’où l’apologie par les nazis de la féodalité, des corporations, de l’époque où les travailleurs étaient des artisans, etc., par opposition à la population juive personnifiant pour les nazis l’aspect « abstrait. » La communauté (nationale) ne peut devenir elle-même qu’en supprimant le côté abstrait; telle est l’idéologie de l’«authenticité» mis en avant par le nazisme.

Il n’y a plus d’histoire propre au capitalisme, il n’y a que la communauté en général face à un abstrait particulier. Voilà ce qui explique également la forme « romantique » du nazisme, sa conception « anti-bourgeoise » (alors qu’en fait le nazisme est un phénomène vivant dans le capitalisme et par lui, et non pas contre lui).

L’anti-capitalisme romantique ne s’intéresse qu’aux formes de l’abstraction, formes qu’il oppose à la réalité « naturelle », évidemment communautaire ou nationale selon lui.

A l’opposé du marxisme, le travail concret est considéré comme « non capitaliste », voire « anti-capitaliste. »

De fait, le socialisme utopique et l’anarchisme ont une conception similaire: ils opposent une société «vraie », quasiment un « organisme », qui est «parasitée. »

Voilà pourquoi l’anti-capitalisme romantique ne s’oppose pas aux machines, au machinisme, à l’industrie: « dans ce type d’« anti-capitalisme» fétichisé, tant le sang que la machine sont vus comme principes concrets opposés à l’abstrait.

L’accent positif mis sur la « nature », le sang, le sol, le travail concret, la communauté (Gemeinschaft) s’accorde sans problème avec une glorification de la technologie et du capital industriel. »

Pour Postone, le nazisme sert le culte de la technologie, le capital industriel. Si le nazisme se présente comme un « retour en arrière » aux valeurs féodales, comme une « nostalgie », en réalité il est l’expression du passage du capitalisme libéral au capitalisme industriel organisé, passage où la vision de la société est « biologisée. »

Le « Juif » n’est pas seulement équivalent à l’argent, il devient la personnification du capitalisme lui-même. Postone a donc une compréhension du nazisme différente de Dimitrov (ou Gossweiler); s’il explique l’antisémitisme par la question de « l’abstrait » et du « concret », il pousse la question du fétichisme de la marchandise tellement loin qu’il explique qu’il s’est développé un faux marxisme, une idéologie totalement coupée de la réalité et interprétant le monde de manière délirante.

%d blogueurs aiment cette page :