Combattre le fascisme ou bien écraser les fascistes?

Qu’est ce qui est le plus important, combattre le fascisme ou bien écraser les fascistes ?

Faire vivre l’antifascisme « sur internet » est t-il plus d’important que d’avoir une pratique antifasciste « dans la rue »? Ou bien est-ce l’inverse qui est vrai, l’action prime-t-elle toujours sur la réflexions ?

Ici, nous pensons que l’un ne va pas sans l’autre. Cela peut paraître évident comme réponse. Mais pourtant, il est important de le rappeler pour faire avancer l’antifascisme.

On ne peut pas combattre le fascisme si l’on ne lutte pas contre les fascistes eux même. Mais de la même manière, il serait vain de vouloir lutter contre les fascistes sans combattre le développement du fascisme lui-même.

Dans le groupe Partisans, nous pensons qu’il est fondamental aujourd’hui d’étudier, d’analyser et de comprendre le fascisme. Étudier ses origines et ses sources, analyser son développement et comprendre pourquoi et comment il prend de l’importance aujourd’hui en France.

Le fascisme n’est pas une simple gangrène qu’il suffirait d’étouffer en éliminant les fascistes eux même.

Si le fascisme se développe, c’est qu’il correspond à une situation précise aujourd’hui. S’en prendre aux individus fascistes sans pour autant combattre les raisons, les valeurs et les situations qui alimentent le fascisme, ne servirait pas à grand chose dans le fond.

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les groupes de l’Action Antifasciste accordent beaucoup de place à la culture.

Les fascistes se développent car ils proposent et génèrent une culture qui leur est propre, un mode de vie particulier.

Prenons l’exemple des identitaires parisiens du Projet Apaches. Ceux-ci se sont développés car ils proposaient du contenu « culturel » à leurs membres (soirées, identité, musique, fraternité masculine, etc.) Ils développent une attitude et un style de vie particulier.

Comme beaucoup d’entre nous, les gens qui sont attirés par les fascistes du Projet Apache sont des gens qui subissent et qui sont perdus dans ce monde capitaliste. Seulement, au lieu de se tourner vers l’avenir et d’assumer des valeurs positives, ces fascistes préfèrent la haine des arabes et des personnes noires, le replis-sur-soit et fantasment sur le passé. Le « trip » des identitaires sur le « Paris d’avant », figé dans le temps, est un moyens pour eux d’essayer de fuir la réalité sordide du capitalisme.

Notre projet antifasciste est exactement l’inverse. Plutôt que de fuir la réalité du capitalisme, que se soit dans les drogues ou bien avec le fascisme donc, nous proposons de combattre la réalité capitaliste elle-même. Plutôt que de fuir, les antifascistes prennent en compte la réalité et cherchent à la dépasser.

En pratique, cela est très simple. Il s’agit d’assumer tout ce qui est positif dans notre monde et de rejeter ce qui est négatif.

Le métissage, le partage, l’entre-aide ou le respect pour la nature et les animaux sont des valeurs positives qui doivent être défendues par les antifascistes.

Le racisme, le nationalisme, la loi du plus fort, le mépris des femmes, des homosexuel ou des handicapés par contre alimentent le fascisme.

Dis comme cela, les choses peuvent paraître très simples. Malheureusement, le fascisme est un phénomène complexe.

Il est beaucoup plus difficile par contre de comprendre pourquoi un pure fasciste comme Dieudonné peut avoir beaucoup d’importance en banlieue parisienne. D’autant plus que les personnes attirées par ses idées, principalement des hommes d’ailleurs, sont souvent des gens qui se croient antifascistes.

Mais quel est l’intérêt pour des jeunes prolétaires de soutenir Dieudonné, ce provocateur haineux qui fait dans la beauferie typiquement française, ce nationaliste qui a fait parrainer sa fille par Jean-Marie Le Pen dans une église catholique intégriste à Bordeaux?

Avoir une réponse à cette question est une nécessité absolue pour les antifasciste en Île-de-France aujourd’hui. Et pour comprendre ce phénomène, pour envisager répondre à cette question, il faut absolument étudier ce qu’est le fascisme.

Lire et comprendre les œuvres de l’historien Zeev Sternhell est par exemple une première étape essentielle pour comprendre l’essence du fascisme. C’est pourquoi nous avons mis ici des extraits de ses travaux sur notre site.

http://partisans-antifa.fr/documents/

Par contre, lire des textes – aussi géniaux soit-ils – ne suffira jamais à combattre le fascisme. Cela est évident.

Dans le groupe Partisans, nous rejetons le fait d’avoir une démarche « intellectuelles » de type universitaire, qui se voudraient « neutres », « apolitique », etc.

Pour nous, l’analyse, la réflexion, la connaissance ont un but pratique essentiel : abattre le fascisme.

Notre démarche est partisane, nous sommes des Partisans !

Comme les Francs Tireurs et Partisans pendant la Résistance en France, nous pensons que l’action violente contre les fascistes est d’une importance fondamentale !

Les émeutes antifascistes contre les ligues d’extrême droite en février 1934 à Paris sont également une partie essentielle de notre patrimoine antifasciste. Tout comme la formation du Front Populaire en 1936 pour étouffer le fascisme. Nous sommes aussi les héritiers des Brigades Internationales qui ont pris les armes et sont aller se battre pour défendre la République espagnole contre Franco !

En résumé, la proposition de Partisans est simple. Pour nous, l’Action Antifasciste c’est :

analyse poussée du fascisme + lutte contre les causes du fascisme + connaissance approfondie des réseaux fascistes + répression contre les fascistes

Autrement dit :

Théorie + pratique
et
lutte contre le fascisme + lutte contre les fascistes !

Oublier l’un des terme, mettre de coter un seul de ces éléments, et ce serait l’échec.

Par contre, suivant les groupes, suivants la situation, les moments, suivant les individus, tel ou tel aspect de la lutte antifasciste prendra évidemment plus d’importance que les autres. Mais tout ces aspects de l’antifascisme sont importants. L’essentiel, c’est l’unité antifasciste !

Alors n’attend plus, monte ton groupe autonome antifasciste,

dans ta rue et sur le net, lance toi dans l’agitation antifa,

ne laisse plus rien passer autour de toi, combat les fascistes,

rejoins l’Action Antifasciste !

%d blogueurs aiment cette page :