Retour sur la manifestation du 13 janvier

13janv-manif02La manifestation de dimanche a rassemblée entre 340 000 (selon la préfecture) et 800 000 personnes (selon la « manif pour tous »). Au-delà de ces chiffres, il est clair que la « manif pour tous » a réussi à s’imposer politiquement, et à complètement éclipser celle de Civitas et autres catholiques intégristes. Réussite également car il n’y a eu aucun « dérapages » contrairement au dernier week-end de mobilisation où des militants fascistes ont aggressé des journalistes et les militantes des Femen. Et cela n’est pas anecdotique : ces évènements en fin de la manifestation du dimanche ont causé beaucoup de tort à l’image de l’opposition au mariage homosexuel.

Les organisateurs de la « manif pour tous » parlent donc logiquement de grande victoire – une grande victoire pour l’homophobie en réalité. Malgré tout ce que peuvent dire les manifestants et tous les organisateurs, cette « manif pour tous » défend une vision réactionnaire de la famille et du couple, où la cellule de base de la société serait ainsi le mariage d’un homme et d’une femme dans le but d’avoir un enfant ensemble. Comme nous le disions en novembre :

« Pour la « manif pour tous » permettre aux couples homosexuels de se marier constitue donc un changement de civilisation, car celui-ci contribuerait à la « précarisation familiale », liée à la « fragilisation de plus en plus grande de l’institution du mariage ». Plus clairement : une attaque contre « la famille et la cohésion sociale ». Car toute cette mobilisation derrière ses discours sur la pacifisme, et le refus de l’homophobie vise en réalité directement toutes les personnes homosexuelles, au-delà même du simple fait de pouvoir se marier. »

13janv-manif05

Une manifestation « mariageophile, pas homophobe »

Telle est le slogan d’une des pancartes de la « manif pour tous », le but était toujours d’apparaître comme une initiative citoyenne, démocratique qui pose des questions de société ; comme ne cesse de la répéter Frigide Barjot aux homosexuels : « On vous aime ».

Bon nombre de manifestants étaient sur cette ligne dimanche, pensant sincèrement défendre une cause juste sans la moindre homophobie derrière. La contradiction entre ce sentiment de ne pas être homophobe et la portée homophobe de la manifestation montre à quel point l’homophobie imprègne l’ensemble de la société.

Toutefois, il faut aussi bien comprendre que le projet de loi, ce qu’il contient, a contenu et comment il est présenté, donne à cette critique « non-homophobe » davantage de poids. Car en plus du mariage et de l’adoption, la question de la PMA (Procréation Médicalement Assistée) et la GPA (Gestation Pour Autrui) sont censés aller ensemble.

Si la PMA pour les couples de lesbiennes est parfaitement légitime, il est clair pour nous qu’on ne peut pas être antifasciste et soutenir la GPA qui relève tout simplement de l’esclavage. Et c’est justement sur ce point que s’appuie toute une partie du discours contre le mariage homosexuel, car personne n’est dupe : la GPA n’a pas simplement été vaguement évoquée, même si elle ne fait pas partie du projet de loi sur le mariage, celle-ci fait partie du projet de « mariage pour tous ». La loi autorisant la GPA ne passera peut-être pas, mais pour le gouvernement et une partie du soutien au « mariage pour tous » mariage, adoption, PMA, et GPA vont ensemble.

Les deux manifestations et tout le mouvement qui les porte n’est pas un simple mouvement de « vieux bourges », de « réacs », etc. Il témoigne de la montée du fascisme et de l’homophobie, et il est en vérité assez logique que des milliers de personnes se soient retrouvées derrière le slogan « mariageophile, pas homopobe ».

13janv-manif06

De fausses revendications démocratiques

Suite à cette journée, tous les opposants vont pouvoir faire encore plus pression pour exiger une référendum. Celui-ci n’aura sûrement jamais lieu, mais ce n’est pas le véritable enjeu de cette proposition.

Derrière des fausses justifications démocratique (« consulter le peuple français »), cette revendication va permettre de donner au fascisme un véritable coup d’accélérateur en libérant les paroles sous couvert de « débat de société ». Débat de société qu’il faut comprendre comme cela : « doit-on accepter et reconnaître les personnes homosexuelles ? ».

13janv-manif03Et c’est là-dessus que le fascisme va pouvoir s’appuyer pour marquer de plus en plus profondémment la société française. Poser la question même du référundum, c’est considérer les gays et les lesbiennes comme des éléments anti-sociaux : « doit-on accorder des droits à ces gens-là ? ». Poser cette question aujourd’hui, c’est déjà y répondre.

Cela permet au final au fascisme d’avancer dans sa synthèse. Cela lui permet d’avoir une audience de plus en plus large dans la société : lorsque la « manif pour tous » réclame une référendum elle offre en réalité une audience à des thèmes fascistes.

Cette manifestation aura marqué la société par son ampleur et permis au fascisme de se structurer, en particulier sur le thème de l’homophobie. Elle aura permis à l’homophobie et s’étaler au grand jour durant des heures et aux homophobes de se cacher derrière de faux arguments.

Le mois de décembre avec ses fêtes a été dur pour de nombreux (jeunes) gays et lesbiennes et vu le succès de cette manifestation, la situation globale n’est pas prête de s’améliorer dans les mois, et années, à venir. Elle aura au moins permis de faire tomber les masques chez de nombreux homophobes.

Face à l’homophobie ne baisse pas les bras et ne reste pas seul-e ! Monte ton groupe autonome antifa gay et lesbien !

L’avenir nous appartient !

À propos de partisans

Un groupe de l'Action Antifasciste en Ile de France

Publié le 18 janvier 2013, dans Actu, Analyse, mariage homosexuel, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur Retour sur la manifestation du 13 janvier.

Les commentaires sont fermés.

%d blogueurs aiment cette page :