We remember DJ Mehdi, monument de la culture populaire de la banlieue parisienne!

Au début de cette semaine, le 13 septembre 2011, un grand artiste s’est éteint, c’est DJ Mehdi.

DJ Mehdi a brillé dans son art, la musique électronique. D’abord dans le Hip-Hop, il est l’un des plus talentueux et novateur producteur en rap français, puis dans la house, où il s’est imposé dans les clubs parmi les figures de la french touch.

DJ Mehdi est un pur produit de la culture populaire et progressiste issue de la banlieue parisienne.

Très jeune, il est l’un des piliers du groupe de rap Ideal J, en produisant les instrus qui on permises à Kery James d’exprimer son flow lourd et ses textes puissants. Puis il devient en quelque sorte LE DJ référence du collectif la Mafia K’1 Fry. Mais surtout, c’est grâce à ses productions efficaces et avant-gardistes que le jeune groupe 113 explosera avec l’énorme album Princes de la ville.

Au fur et à mesure de sa carrière, DJ Medhdi collabore avec les meilleurs artistes du rap français, s’imposant ainsi comme un grand nom du Hip-Hop. DJ Cut Killer à dit de lui cette semaine : « ce gars m’a tellement inspiré que c’était devenu une motivation. Il était simple et d’une sincérité exemplaire. »

A force de travail et de production artistique, « The Lucky Boy » voudra s’exprimer de plus en plus dans sa musique et, à partir des années 2000, il commence à composer pour lui puis à agiter les dance-floor. En 2006, il signe sur le gros label électro Ed Banger Records créer par l’ancien manager des Daft Punk.

Il sort ensuite plusieurs albums, mixe dans les plus grands clubs et festivals et participe à de nombreux projets, confirmant ses talents d’artiste moderne et audacieux. En 2010, il s’associe avec DJ Riton pour formé Carte Blanche et rendre hommage aux origines de la musique électronique avec la house de Chicago.

Récemment, il disait dans la presse : «la musique, il faut qu’elle ressemble à la vie qu’on mène et qu’elle soit sincère en cela. Quand j’apportais des éléments de musique électronique dans mes productions rap, j’avais l’impression de parler de mes rencontres, de ma ville, de mon quartier, plutôt que de copier ce qui se fait à Brooklyn. »

Comme un dernier clin d’œil, symbole de son époque, Mehdi Favéris-Essadi a été inhumé hier samedi 17 septembre au cimetière du Père Lachaise, alors que, à quelques rues de là, les chars de la Techno-parade ont fait danser toute l’après midi la jeunesse populaire de l’Île de France.

DJ Mehdi est un grand artiste car il a superbement su synthétiser la culture populaire de son époque et s’inscrire dedans, avec tallent, ambition et créativité. Son parcoure dans la musique électronique, depuis le rap jusqu’à la house, nous rappel à quel point la culture prolétaire est productive et progressiste, malgré qu’elle soit inévitablement happé par la décadence du monde capitaliste.

Chaque jour de la semaine à venir, nous présenterons un morceau de sa brillante mais trop courte carrière. Pour nous antifascistes, il est très important de célébrer notre culture, qui est populaire, métissée, moderne et positive.

Car face à nous le fascisme, se nourrissant de la crise de la vieille société capitaliste, avance, se structure et répand sa culture de mort, faites de culte délirant du passé et de haine des autres.

Alors ne reste pas seule, seul,
Engages-toi dans le combat,
Rejoins les rangs antifa,
Montes ton groupe autonomes
Et fais vivre la culture populaire,
métissée, électronique et positive !

À propos de partisans

Un groupe de l'Action Antifasciste en Ile de France

Publié le 18 septembre 2011, dans Actu, Son. Bookmarquez ce permalien. Commentaires fermés sur We remember DJ Mehdi, monument de la culture populaire de la banlieue parisienne!.

Les commentaires sont fermés.